in

Merci la vie

Pour commencer, je souhaite remercier tous celles et ceux qui ont œuvré à la réalisation de ce merveilleux événement, l’Ultra-Trail Harricana. Bravo aux organisateurs, aux bénévoles et à toute la gang de participants.

Ca m’a pris quelques jours après la course pour que mes neurones se ré-oxygènent et que j’arrive à mettre mes idées en place. Jusque là, mes commentaires sur la course se limitaient à une suite d’onomatopées et d’adverbes entrecoupés de points d’exclamation genre : Génial!!!! Super!!!! Aïe!!!! Merci!!!! Gogogo!!!! Ouch..

Maintenant que les émotions et les sensations ont pu décanter au rythme des courbatures, je discerne un point commun à toutes les composantes de cette formidable aventure, c’est le lien et la connexion…

Le lien à l’amitié tout d’abord. Parce que ça commence par un copain (merci Nico) qui me dit « allez, fais-le avec nous » (J’avais jamais fait de trail et c’était mon premier 65 km). Mais l’amitié, ça ne se limite pas à se lancer des défis… non! L’amitié ça tient au partage, au soutien, aux conseils que tous les amis partagent avec générosité et sincérité pour me permettre de prendre confiance et de m’améliorer. (Spéciale dédicace à Steph). Merci à vous les potes…

Le lien à la Nature évidemment, parce que sans Elle, nous ne sommes rien. Grâce à la préparation, j’ai redécouvert le mont Royal et sa myriade de sentiers : c’est un trésor que j’avais sous le nez depuis des années et que j’ai pu explorer tout au long de l’été. De l’Europe à l’Abitibi, j’ai savouré chacune de mes sorties, les petits chemins cachés et les paysages, les pentes et les descentes, la faune et la flore qui s’offrent à ma foulée, et tous les petits trésors qui n’apparaissent nulle part sur les guides touristiques. Merci à toi Dame Nature…

Le lien aux sensations : le plaisir ne se limite pas aux sommets et aux paysages, mais émerge de mes nouvelles sensations : j’ai dégusté les odeurs en forêt, j’ai savouré les textures du terrain. Un tapis d’épineux, un crissement de gravelle, un spongieux de lichen. J’ai implosé sous la puissance du silence que seule ma respiration vient troubler dans cette incroyable forêt. J’ai appris à courir sans musique et à simplement apprécier ce que Dame Nature m’offre. Éloge des Sens…

Le lien au temps : en passant de l’asphalte aux sentiers, j’ai appris à ralentir. Les dénivelés m’ont douloureusement appris l’humilité de la lenteur. Les sorties sont plus longues mais jamais d’ennuis ou de lassitude. Auparavant, quand je préparais des demi-marathons, j’étais tanné des derniers entraînements alors qu’en sentier, chaque sortie est une nouvelle découverte. Sur le sentier, chaque foulée est importante. Mon attention est requise pour chacune des racines, des pierres, des flaques, et la présence à l’instant présent s’intensifie. Dans une société de plus en plus « virtualisée », c’est tellement bon de se retrouver dans le moment présent.

Le lien à la communauté : ça commence avec mes premiers pas sur les forums où l’entraide transpire, puis ça s’enchaîne jusqu’au jour de la course. Quel plaisir d’échanger en toute simplicité! C’est quand même bien agréable de blaguer avec des inconnus, de se donner quelques mots d’encouragement et de positivité. Même s’il existe une minorité qui continue à jeter leurs déchets (j’ai ramassé ceux que je pouvais jusqu’à l’Épervier, mais après j’avais plus la force) elle est l’exception qui confirme la règle. J’ai ressenti beaucoup de belle humanité dans les sourires, les encouragements et les échanges. Merci à vous toutes et tous, la gang. J’en connais pas beaucoup des sports où les champions qui te doublent et que tu encourages (cf. les quatre premiers du 125 km) prennent le temps de te remercier ou de retourner tes encouragements. C’est Beau avec un grand B…

Le lien au corps : je suis ostéopathe et passionné par la physiologie du corps humain, et je n’en reviens pas à quel point j’ai connecté avec mon corps pendant la course. La course en sentier est exigeante et oblige à se préoccuper de nutrition, d’hydratation, d’assouplissement si on ne veut pas se blesser. Mon premier objectif était de terminer en santé. Et pour l’atteindre j’ai développé l’écoute des murmures de mon corps, pour éviter d’entendre ses cris. C’est lui qui sait jusqu’où il peut aller, ce qui est bon pour lui. J’ai vraiment vécu la course et sa préparation comme un travail d’équipe où le mental et le corps se parlent pour trouver la bonne synergie. Une merveilleuse façon de mettre en œuvre les principes ostéopathiques…

Évidemment, je garde le meilleur et l’essentiel pour la fin : l’Amour et mon Amoureuse… Mille mercis à toi pour ta patience et tes encouragements, pour ton soutien et ta logistique. Grâce à ta présence et à ces merveilleux moments que nous avons partagés en courant ensemble tout au long de l’été, la course était gagnée avant même d’avoir commencé. Nos « trottinades » en amoureux sont ma plus belle médaille. Merci P’tite Puce d’Amour…

Qu'en dites-vous ?