in

Je n’avais pas d’accréditation média …

Rien n’arrive pour rien!

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous raconter la petite histoire derrière ces portraits de course.

L’histoire débute ainsi. Tout d’abord, j’ai été photographe pour la série de course Vert le Raid pendant environ deux ans. Lorsque Jean Fortier m’a contacté pour savoir si j’étais disponible pour photographier ses événements de trail, je n’étais pas du tout initié au merveilleux monde qu’est la course à pied en sentier!

Étant un passionné de course automobiles, j’avais plutôt l’habitude de photographier ces machines bruyantes et rapides. Me retrouver en pleine forêt à attendre les coureurs pour immortaliser leur passage était très différent. J’ai eu immédiatement la piqûre, puisque d’une part, ces femmes et ces hommes sont très impressionnants à voir performer en pleine nature, et, puisque d’autre part, j’ai vite ressenti les bienfaits de se retrouver seul en forêt pour photographier ces courses. C’est donc de cette façon que j’ai commencé à photographier la course en sentiers.

Le Marathon

Cela m’a amené, par la suite, à photographier, le dimanche 28 août 2016, le Marathon SSQ Lévis-Québec. Je savais que cet événement se déroulait près de chez moi, alors je me suis dit que je pourrais bien aller le photographier. Je me suis rendu sur place et j’ai marché vers le site de courses dans le but d’immortaliser les coureurs franchissant la ligne d’arrivée. Ce que j’ignorais à ce moment, c’est qu’il fallait être accrédité par un média pour avoir accès au site de courses. Un peu déçu, j’ai décidé de marcher plus loin de l’arrivée pour voir s’il y avait un autre angle de vue intéressant, mais, malheureusement, tout était clôturé!

Alors que j’étais sur le point de me résigner et de retourner chez moi, je voyais tous les coureurs passer l’arrivée, marcher vers la sortie où leurs familles et amis les attendaient pour les encourager et les féliciter, à travers la clôture, pour ensuite sortir de cette zone, à bout de souffle, le regard plein d’émotions, de joie ou de tristesse. Il y avait là toute une gamme d’émotions. C’est à cet instant que j’ai compris que mon sujet se trouvait là, à la sortie de cette zone  Je me suis empressé de m’installer face aux coureurs et j’ai immortalisé toutes les émotions d’après courses, en mettant l’importance sur leur visage. Parfois, certains d’entre eux m’apercevaient et cela rendait les photos encore plus intenses, car il y avait un contact visuel.

Le résultat

Après avoir traité toutes les photos, je les ai publiées sur Facebook. Le lendemain matin, je prends mon cellulaire et un peu surpris, j’y vois plein de notifications! En quelques heures, j’avais déjà reçu plusieurs “J’aime”, commentaires et messages privés de gens qui me disaient être émus, touchés par ces photos! Quel soulagement!

Tout au long de la journée, les messages et commentaires se sont multipliés et au final on pouvait compter un peu plus de 21000 personnes atteintes et près de 900 réactions sur ma publication, le tout sans argent investi en publicité. Je ne vous cacherai pas que j’ai été très surpris de toutes ces réactions pour mes photos qui, il ne faut pas l’oublier, ne sont aucunement mises en scène, il n’y a que des émotions authentiques.

Une image vaut mille mots

Bon … il me semble que ça fait longtemps que je parle, d’habitude je suis peu bavard et je laisse plus parler mes photos; alors c’est le temps de me taire et de vous laisser quelques photos qui ont été réalisées lors au Marathon SSQ Lévis-Québec 2016. La morale de cette histoire? Rien n’arrive pour rien, si j’avais eu une accréditation média pour photographier le Marathon, je ne serais probablement pas retourné chez moi avec toutes ces photos sur ma carte mémoire.

Et puis ça donne soif? Bon je vous promets, la prochaine fois il y aura un peu plus de contenu trail, mais je ne pouvais pas passer à côté de cette petite histoire, qui a changé bien des choses dans mes photos pour les années qui ont suivi!

Si vous avez aimé cette publication, n’oubliez pas de voter au bas de l’article avec les petites flèches. Et comme toujours, si vous avez des questions au sujet de la photographie, que vous ayiez des suggestions de prochains sujets ou autre, n’hésitez pas à m’écrire en privé, je suis toujours intéressé à vous entendre!

À la prochaine,

Qu'en dites-vous ?