in

En route vers UTHC 125 – Chapitre #2 : La progression

Début janvier, premier lundi de l’année, le 4. C’est le lancement officiel de ma préparation. J’aime le concret. C’est à partir de ce lundi que je recommence à logger mes activités. Beaucoup utilise Strave par exemple. Mais moi, non. Mon fameux fichier Excel, depuis 2014. Temps, distance, D+, par activité. C’est tout, et suffisant pour moi. Ça me permet de rapidement et facilement avoir un oeil sur mon volume et mon dénivelé, sur une base hebdomadaire, et bien sur au total. Mine de rien, les sorties importantes des prochains mois sont déjà planifiées. Par exemple, si tout ce passe comme prévu, le 24 juin je vais faire le Sentier des Caps de bout en bout. 55km avec du bon D+. Super sortie !! C’est un peu intense ma planification diront certains; et vous savez quoi ? Je suis d’accord avec vous. Mais dans mon cas, si je veux réussir, je dois m’y prendre de cette façon. Il y a plusieurs recettes qui amènent à cuisiner un bon plat, s’agit de trouver celle qui nous convient !!

Drôle début d’année… En fait, drôle n’est pas le bon mot à utiliser car j’étais loin de rire, voir même de sourire. Tout a bien commencé pour le premier 2 semaines de janvier. C’était génial. Trop beau ? Probablement. Le 14 janvier. Il a suffit d’une petite sortie de routine. Le but est d’aller chercher des pulses et du dénivelé, c’est tout. Pas une longue sortie non plus. J’y allais doucement. Ce qui doit être le cas de toute façon l’hiver, en douceur. Le but était simplement de payer, de travailler le VO2. Ça allait super bien.

Mais… Et oui, il y a un « mais’ batinsse !! Ça tiré, pincé. J’ai rebroussé chemin. La jambe, le mollet en fait. Ça été le début d’une période sombre. J’ai broyé du noir comme jamais. J’ai eu du soutien de ma blonde, mes complices de course… J’ai recommencé doucement avec le ski de fond après une dizaine de jour. J’en finissais pu de rien faire. Mais ça pas été super concluent. J’ai dû me résigner. Je capotais un peu. J’étais en train de tout perdre ce qu’il me restait de mon automne.

J’aurai pris, à quelques journées près, 3 semaines pour me remettre sur pied, agrémenté de 2 visites chez le physio, du jamais vu dans mon cas (une seule a toujours suffis) pour ensuite recommencer en sortie fractionnée. Je voyais enfin la lumière au bout du tunnel car je sais qu’une fois rendu aux fractionnées je progresse rapidement. Je peux vous dire que je prends pas les 3 semaines prescrites pour me rendre à un 60 minutes continue… À chaque sortie, même si je me sentais de mieux en mieux, j’étais sur les nerfs ben raide et à l’affût de tout signe qui allait me faire rechuter. Bien qu’il était encore tôt, je ne voulais pas perdre un autre 3 semaines.

Pour les amateurs de stats approximatives, considérant que je fais une grosse semaine sur 2, j’ai environ « perdu » ou pas fait; 250km de course et 6000m D+.

C’est ma sortie du vendredi 12 février qui a officiellement sonné le : « hey, I’m back on track now, sky is the limit dude ». J’ai non scientifiquement évalué ma perte de forme à 10-12% en utilisant un simple chronomètre et la règle de 3. J’ai évidemment perdu beaucoup de volume par contre. En contre partie c’est pas compliqué à retrouver, mais c’est long. J’ai pris le reste du mois de février pour retrouver des sensations intéressantes et pour me mettre du mileage dans les jambes. 

Début mars, début du 2e bloc, ce sera sans retenu, tout est au vert. Je commence ça avec un très beau 15 permiers jours, parsemé de 2 journées de congé qui me permettent d’en ajouter. Mon premier 30 bornes en forêt est à l’agenda pour mi mars. C’est parfait. Normalement je fais ça fin juin… Au menu : ski de fond, course sur route, intervalles, D+, forêt, etc. Je suis toujours aligné avec mon plan établi l’automne dernier.

Les prochaines 10-12 semaines viendront me mener physiquement au premier obectif sérieux de la saison; soit 50km à la mi juin. Mine de rien il est capital, enfin je crois. Mentalement à tout le moins. Et comme on le sait, quand la tête va, tout va; dans mon cas. Si ce 50 se déroule bien, je serai en business pour la suite de ma saison. Juste à continuer de suivre le plan et tout sera correct.

Donc, le résumé de mon bloc #1 :

– Bon départ

– Blessure pour 3 semaines

– Reprise et progression

– Stick to the plan

– Me lance dans le 2e bloc en pleine forme, physique et mentale.

Ne jamais oubier que c’est un privilège de pouvoir courir et d’être en santé !! On prend souvent ça pour acquis quand ça va bien… On est si fragile qu’on a tendance à oublier la chance qu’on a.