in

Mon exutoire

Je n’ai jamais été un grand sportif. Quand j’étais pré-adolescent, je jouais un peu au soccer l’été et l’hiver au hockey. Le sport était plus une obligation de mes parents que de moi. A l’adolescence tout dérape, je tombe dans l’enfer de l’alcool et des drogues. Il y a fallu un événement marquant pour que ma vie change, la naissance de ma fille en 1998. Je me reprend en main mais pas encore au sport  a part faire de la musculation 3 à 4 semaines. Pour que je renoue avec le sport de moi même, il a fallu que j’attends jusqu’à mes 43 ans soit en 2015.

Je découvre le crossfit. Je lâche la musculation et je me lance à fond des cette discipline 4 fois par semaine. Moi qui pensais que j’étais en forme avec mes une hre de tapis roulant au gym 1 fois par semaine. Quel choc se fût pour moi, qu’après un ptit 400 m de warm up, je cherchais mon air et cela n’était que la prémisse  avant le wod. Cela m’a permi d’apprendre énormément sur moi. 1. Que j’aimais vraiment le sport. 2. Je suis une personne persévérante et déterminée. 3. Le dépassement de moi.

Au crossfit, il y avait des chandails de Spartan et Xman. Cela m’intriguait, alors je m’informe et m’inscris à un Spartan Sprint en 2016.

C’est là que je commence à courir sur la route. Je fais 3 à 5km,  2 à 3 fois par semaine, sans dénivelé, pensant  être prêt pour ma course. J’avais comme mal lu la distance. C’était écrit : 5km+, donc, finalement la course était de 8 km avec du dénivelé.Ce fût atroce, j’ai souffert ma vie et eu des crampes. J’ai réussie a la finir en 2 heures 45 de peine et de misère. Cela n’a pas empêché dans faire 2 autres cette année là, 8  en 2017 et 12 en 2018 avec 3 course de trail. Une révélation pour moi de courir dans les bois avec soi même et de découvrir de magnifique paysage .

Québec Mega trail de 15 km fût mon initiation en 2018 grâce à une amie qui m’a poussé à m’inscrire.Après je me suis inscrit à 2 course de 23 km rien moins.J’ai pas de demi mesure. En 2019, je diminue mon volume de course un peu à 6 courses de plus de 21 km. J’apprends au fil du temps à m’entraîner par le biais d’un club de sentier et de la lecture.

Mon exutoire est le course en sentier. Cela me permet de me libéré du mon stress de la journée et profiter de l’extérieur été comme hiver. L’entraînement me procure une structure, me permet de tissé des liens avec la communauté et une satisfaction d’accomplissement. La course elle, est là pour la réalisation du dépassement soi et de constater où je suis rendu afin de me fixer de nouveau but comme faire un 50km pour mes 50 ans. La course en sentier me permet de me sentir libre.

Qu'en dites-vous ?