in

Entraîner son mental!

Et si le confinement actuel était un test au même titre que les épreuves de longue haleine…

Faites l’exercice, en partant du positif : la situation actuelle n’est peut-être pas si mal que ça… Il suffit d’apprivoiser le changement plutôt que de le subir ou de s’y opposer, et vous en sortirez grandis! On peut facilement établir le parallèle avec les épreuves de longue haleine, c’est le mental qui fait toute la différence; exercez-le.

Qui l’aurait cru… Le 8 mars 2020, une semaine particulière, amorce le début d’une période qui restera à tout jamais gravée dans ta mémoire. On commence en perdant une heure avec le retour à l’heure d’été, puis la pleine lune et finalement un vendredi 13! Ce n’est pas le pire : on ferme le Québec, la distanciation sociale est imposée, le COVID-19 est en ville! Le 14 mars, je m’enfuis vers ma destination de prédilection du printemps, le mont Marcy, J’ai un grand besoin de m’aérer et de me préparer à affronter les prochaines semaines, les prochains mois, qui sait? Je n’avais alors pas réalisé toutes les répercussions de ce qui allait suivre…

Mon expérience personnelle

Quels sont les aspects positifs :

  • J’ai la grande chance de continuer à travailler, et de continuer à avoir un salaire. Ce n’est pas donné à tous, j’en conviens, mais travailler de la maison présente son lot de défis et de frustrations …
  • J’ai un gym à la maison : tapis roulant, vélo de spinning, élastiques et quelques poids et haltères, même une piscine   :bon, elle n’est pas encore fonctionnelle, un peu trop de glace.
  • Fini le voyagement, la congestion routière et les difficultés à trouver du stationnement.
  • Côté qualité de l’air, la réduction de la circulation routière et de l’activité industrielle ont permis de belles améliorations.
  • C’est le dégel qui s’amorce :  mieux vaut laisser les sentiers tranquilles pour qu’ils soient à leur meilleur dans quelques semaines.
  • J’ai une amorce de fasciite plantaire qui réduit mon désir de gambader en trail… Sinon, côté santé, c’est numéro un.
  • Les capsules en ligne qui incitent à bouger se multiplient;
  • J’ai une petite fille en or qui s’organise très bien par elle-même.

Mon petit studio maison – Source : Courtoisie

Bon, tout n’est tout de même pas rose. Ma charge de travail a littéralement explosé; mes étudiants me manquent, l’enseignement devant un ordinateur est très différent : le contact, l’aspect social en prend un coup… Toutefois, depuis que j’ai repris une certaine forme de routine, que le tsunami du changement est passé, j’ai pu reprendre tranquillement le dessus et mieux me structurer.

Avec un horaire beaucoup plus prenant, le sport me permet d’évacuer le stress et de prendre du temps pour moi. Mon premier défi sportif, le 100 kilomètres des 18 et 19 avril de Zion, étant annulé, j’ai eu le privilège d’obtenir un crédit ainsi qu’un report d’inscription valide pour deux ans, ce qui est grandement apprécié. Mon triathlon de juin au Vermont est plus qu’incertain, et alors? Je suis jeune et il me reste encore de nombreuses années devant moi, ce n’est que partie remise. Reste à voir si le Wyoming Range 100 à la fin août sera maintenu…

La vie fait tout même bien les choses, mes défis ont changé de nature. Dans tous les cas, je m’entraîne pour mon bien-être personnel et motiver ma fille à adopter de saines habitudes de vie; et ça, ce n’est pas la situation actuelle qui m’en empêche; bien au contraire!

Qu'en dites-vous ?