in

Défi 4-4-48 : intensité et altruisme

Jeudi 2 avril 2020

Aujourd’hui, c’est la dernière journée d’ma quarantaine volontaire.

Ça fait deux semaines exactement que j’suis pas sorti courir.

Malgré tout, comme plusieurs coureurs à travers la province, j’ai répondu à l’appel de David Bombardier.

À partir de demain matin, j’vais faire partie d’une quinzaine de crinqués,es, qui vont essayer de relever le Défi 4-4-48 afin d’amasser des fonds pour divers organismes d’aide alimentaire.

J’essaie donc de m’coucher assez tôt, genre vers 21h, mais le sommeil vient comme pas pantoute.

J’suis juste trop freaking excité à l’idée d’courir 4 miles (6.4 km) à chaque quatre heures pendant les prochaines 48 heures.

Toujours fidèle à mon intensité intrinsèque, j’vais faire mon retour à la course en grand.

Pas d’demi-mesure. J’connais pas vraiment d’autre façon anyway.

J’me lève finalement un peu avant 3h. Pu capable de fermer l’oeil ou d’attendre fébrilement dans mon lit.

J’m’habille tout en essayant d’pas trop m’réveiller.

Le plan est d’faire cette sortie un peu en “zombie mode” pour être capable de m’recoucher après.

Pas question alors de prendre une douche. Encore moins d’boire du thé.

Vendredi 3 avril  2020 – 1ère sortie – 4 AM

AVANT | APRÈS

L’heure d’la première sortie arrive enfin et je m’élance dans une rue déserte.

Le défi pour les premières sorties est d’pas trop m’emporter et d’partir trop vite.

J’sais pas vraiment dans quoi je m’embarque. C’est donc une pas pire bonne idée de m’garder un peu d’jus.

Mais c’est pas évident.

Même si j’essaie aussi de pas trop m’réveiller, j’suis quand même assez là pour feeler l’air frais sur mon visage. Damn qu’on est ben dehors!

J’réalise aussi que j’suis quand même freaking chanceux.

Mes nouveaux «camarades-coureurs», plus au Sud, sont nombreux à avoir commencé leur aventure sous la pluie.

Moi, j’cours dans l’air sec du Nord sous un ciel étoilé. Ça commence ben pareil.

Après mes trois loops de 2.2 km, j’perds pas d’temps et j’retourne m’coucher direct.

Mon empressement change sweet fuck all finalement. J’suis pas vraiment capable de dormir entre 5 h et 8 h, no matter what!

J’essaie d’écouter des podcasts pour me changer les idées, mais y’a pas moyen. Mon esprit reste fixé sur une chose et une chose seulement : me lever, me préparer et sortir courir.

Sauf que c’est pas encore le temps. Y faut donc attendre. Damn.

2e sortie – 8 AM

AVANT | APRÈS

Le soleil de 8 h fait du bien en ta’.

J’ai pas encore pris ma douche ni mon thé, mais j’suis déjà freaking réveillé pendant cette deuxième sortie.

À mon retour, j’me gâte et j’dévore une bonne portion de mac and cheese en guise de petit déjeuner.

Jugez-moi pas trop, please.

J’ai besoin d’fuel pis à part les brunchs, j’ai jamais été big fan des céréales pis des toasts.

À matin, j’ai comme l’excuse parfaite. J’en profite, tsé.

Une fois rassasié, j’me prépare une bonne batch de thé vert et je m’enfile un bain chaud suivi d’une douche ben froide.

J’ai la tête un peu lourde en sortant d’la chambre de bain. J’feel une espèce de fatigue dans l’background, mais j’reste prêt comme jamais à affronter c’qui s’en vient.

Bring it on.

Vu qu’on est encore dans les premières heures du défi, j’déborde de bonnes intentions.

Je m’étire. J’fais du foam roll. J’prends même le temps d’méditer pour me calmer un peu l’esprit.

C’est freaking nice, mais j’ai comme l’impression qu’ça va pas durer. Oh well!

Inspiré par la générosité d’mes «camarades-coureurs», j’décide, moi aussi, d’faire un don à une banque alimentaire avant d’repartir pour ma troisième sortie.

Ma situation financière est un peu tight, mais j’peux quand même me l’permettre. Surtout si c’est pour donner l’exemple.

J’vais donc remettre un dollar par kilomètre parcouru à Moisson Outaouais.

En plus d’encourager mes proches et mes amis,es à en faire autant, eux aussi.

On verra ben.

3e sortie – MIDI

AVANT | APRÈS

Y fait beau, pis j’me gâte en sortant en shorts. C’est freaking agréable.

À mon retour à la maison, j’continue à en profiter et j’engouffre une grosse assiette de spaghetti à la sauce bolognaise, extra saucisses, gratiné pis tout.

Y’a rien d’trop beau.

Contrairement à d’autres, j’ai la chance de pas devoir travailler d’la maison durant l’défi, mais j’dois tout d’même respecter mes engagements bénévoles.

J’prends donc le temps de m’occuper de l’infolettre de Distances+ entre quelques étirements.

4e sortie – 16H

AVANT | APRÈS

Y fait encore plus chaud qu’à midi. Fuck yeah.

La tête continue à ressentir une certaine fatigue, mais les jambes sont encore là, fidèles au poste.

Une autre maudite belle sortie en poche.

Quelques minutes après être de retour chez nous, j’vois un post de Richard Turgeon qui s’apprête à participer au Quarantine Backyard Ultra.

J’décide sur le coup d’faire comme lui et d’créer un “fundraiser” sur Facebook.

Ça va sûrement faciliter les dons et rendu là, toutes les excuses sont bonnes pour faire moins d’foam roll.

La paresse comme moteur de l’altruisme. On aura tout vu.

J’mets 100$ comme objectif et en moins d’une heure, je l’dépasse.

Ce n’est que le début.

5e sortie – 20H

AVANT | APRÈS

Le brouillard s’est installé pour ma 5e sortie.

Le soleil, lui, commence tranquillement à aller s’coucher.

La motivation reste solide malgré ce changement d’décor.

Y faut dire qu’un p’tit get together avec mes amis m’attend sur skype après mes trois boucles.

C’est motivant pas à peu près.

Une fois ben tranquille devant mon écran d’ordi, en train de virtuellement hanger avec des amis de longue date, j’en profite pour boire deux p’tites bières en mangeant des frites de patates douces.

C’est ça du “carb-loading”, right ?

6e sortie – MINUIT

AVANT | APRÈS

Après avoir quitté mes chums, j’sors un peu chaudaille pour compléter cette 6e sortie.

J’atteins les 40 km au cumul en terminant mes trois boucles. J’en suis pas peu fier.

J’prends une bonne douche et j’me permets ma première sieste pour me récompenser.

Contrairement à ma dernière nuit, le sommeil vient rapidement et j’tombe facile dans un sommeil profond.

J’me réveille même un peu perdu sans trop savoir ce qui s’passe quand mon cadran sonne à 3h30.

Samedi 4 avril 2020 – 7e sortie – 4 AM

AVANT | APRÈS

J’cours encore ben endormi.

J’dois avouer : though que cette 7e sortie n’est pas si agréable.

C’est définitivement la plus tough d’la gang.

J’la fait quand même et j’retourne me coucher sans trop penser à c’qui m’attend pour la suite.

8e sortie – 8 AM

AVANT | APRÈS

J’pars à courir encore un peu dans les vapes, mais le soleil m’aide à m’réveiller et j’retrouve tranquillement mes esprits.

À mon retour, ma copine a pimpé notre mac and cheese avec des avocats. Damn que c’est bon!

Je reprends un autre bain d’eau chaude et en sortant j’passe aux choses sérieuses.

J’vais pas avoir le choix d’avoir un peu d’caféine dans l’corps si j’veux m’rendre jusqu’à minuit ce soir.

J’ouvre donc un deux litres de Coke et j’me prépare un bon gros pichet de thé glacé maison.

OH YEAH!!

Un espèce de pattern s’installe malgré tout.

Peu importe c’que j’fais, la fatigue me rentre dedans solide une heure avant chaque sortie.

C’est vraiment ces moments-là que j’trouve les plus roughs.

Rendu là, pas besoin d’vous dire que les bonnes intentions du début ont pris l’bord. Je m’étire pu,  fuck all, et mon foam roll reste ben sagement sous l’couch.

9e sortie – MIDI

AVANT | APRÈS

Qu’à cela n’tienne, ma deuxième sortie à midi se fait sous le soleil et avec le gros sourire dans la face.

J’me tape mes trois loops et après j’crash sur le couch avec ma copine devant un épisode de «Handmaid’s tale».

Mettons qu’ça change le mal de place.

J’prends l’temps aussi pour m’inspirer un peu en regardant courir les élites prenant part au Quarantine Backyard Ultra sur Youtube.

10e sortie – 16H

AVANT | APRÈS

C’est le retour des shorts. La fin s’approche. Le moral est back lui aussi.

De plus, d’autres coureurs se joignent à nous et commencent leur propre défi 4-4-48.

C’est vraiment inspirant d’voir le mouvement qu’on a créé en si peu d’temps.

J’en ai pas beaucoup parlé jusqu’à maintenant, mais entre chaque course, on s’écrit sur Messenger et ça fait toute une différence aussi.

David Bombardier nous fait même des speechs pour nous motiver dans les moments les plus pires.

Damn que c’est nice de sentir qu’on fait partie d’un groupe même si on est tous et toutes isolé.es chacun d’notre bord.

11e sortie – 20H

AVANT | APRÈS

Il n’en reste que deux et ma tête veut juste aller s’coucher.

Une chance que les jambes vont quand même assez bien.

J’arrête d’écouter d’la musique pour me motiver et j’mets plutôt le dernier enregistrement d’La soirée est encore jeune pour m’changer les idées.

Ça marche en ta’.

J’décroche, mais j’reste impressionné à quel point j’connais ma boucle de 2.2 km par coeur.

Son p’tit dénivelé subtil n’a plus aucun secret pour moi.

J’anticipe chaque degré d’inclinaison, chaque p’tite variation imperceptible à mes sens il y a à peine 24 heures.

C’est quand même fou.

J’rentre à la maison en m’disant qu’il nous reste plus qu’une sortie à faire. Nice!

J’réalise aussi que j’ai amassé déjà plus de 500$ pour Moisson Outaouais.

J’en reviens freaking pas.

12e sortie – Minuit

AVANT | APRÈS

Oh yeah! La dernière.

Ma gourde est même remplie d’eau de concombre avec un peu d’gin pour l’occasion.

Party.

C’est encore plus malade vu qu’on est une dizaine de coureurs à s’jaser ça d’vive voix sur Messenger, pendant qu’on court nos derniers six kilomètres.

On se respire ben fort dans les oreilles des uns pis des autres aussi.

Priceless!

C’est vraiment spécial de partager ce moment-là avec des inconnus à distance.

En plus, il neige. C’est freaking épique.

C’est même ma sortie la plus rapide de toutes. J’finis ça sur un pace de 4 min 20 sec.

J’vole et j’ai l’impression que je pourrais continuer non stop.

Mais toute bonne chose a une fin, tsé.

J’rentre donc à la maison avec 80 km d’accumulés dans les jambes et un temps cumulatif de 7 h 23.

J’suis vraiment sur un gros high, mais en même temps, j’suis quand même ben content d’pouvoir aller m’coucher.

J’prends donc un dernier bain et j’me couche.

Done!

Au courant des prochains jours, j’vais réaliser que mon défi aura permis d’amasser plus de 1000$ pour Moisson Outaouais.

À travers le Québec, c’est plus de 10 000$ que mes «camarades-coureurs», et moi avons réussi à amasser pour des organismes d’aide alimentaire.

Il y a même d’autres coureurs, inspirés par notre geste, qui sont encore en train de relever leur propre défi au moment d’écrire ces lignes.

Yeah!

PS : Merci David pour ton plan de marde. Vraiment!

Bilan de David Bombardier : https://www.facebook.com/DavidBombardierUnpasalafois/posts/2366535363638326

Podcast d’Ultra lala podcast : https://www.podcastics.com/podcast/episode/le-défi-4-4-48-26716/

Récit d’Humain avant tout : https://www.facebook.com/humainavanttouthumanfirst/posts/809299132809179

Faire un don à un organisme d’aide alimentaire : https://www.banquesalimentaires.org/faire-un-don/

Durée Distance Dénivelé
km m
Lien vers l'activité Strava

Qu'en dites-vous ?