in

Courir en mode créatif

Félix Bhérer-Magnan

Comme plusieurs coureurs, le confinement et le « Québec en pause » sont  venus compliquer quelque peu mon plan d’entraînement pour les prochains mois. Surtout qu’avec l’arrivée des beaux jours, je trépigne d’impatience de m’élancer dans les sentiers dans une nature qui renaît tout doucement après un rude hiver. Mais ce n’est pas le cas et je devrai être patient. Mon calendrier de courses doit aussi être mis sur pause, et ce, pour une bonne partie de l’été. Reste plus qu’à espérer que les courses automnales puissent avoir lieu. Mais ça, peu de gens le savent et il faut apprendre à vivre avec cette incertitude.

Parlant d’incertitude, je dois apprendre à vivre avec ce sentiment et faire confiance à la vie. Parce qu’au final, la vie fait bien les choses!  Je m’efforce de vivre un jour à la fois, même une course à la fois.

Je me dis que je suis privilégié de pouvoir encore sortir à l’extérieur et faire ce que j’aime le plus au monde : courir. D’ailleurs, je profite de chaque foulée en respirant l’air pur, même plus pur qu’avant, et de savourer cette tranquillité matinale, hors du commun. Le brouhaha du matin se fait plutôt rare depuis quelques semaines, et à mon grand bonheur, je prends un vilain plaisir à parcourir les rues désertes de ma ville, tout en profitant du lever du soleil qui se fait de plus en plus chaud.

Résilient et motivé à conserver ma forme, je me suis mis à scruter le Web à la recherche de défis virtuels. À mon plus grand plaisir, j’ai trouvé de nombreux challenges virtuels de course à pied et j’ai tout de suite sauté sur ces occasions en or pour continuer à me dépasser et repousser mes limites… même en temps de crise.

Dans mon for intérieur, je saute de joie de pouvoir continuer à pratiquer ce merveilleux sport en ces temps difficiles. Gyms fermés, piscines fermées, parcs fermés : pas de problème. J’enfile simplement mes souliers de course et hop, je pars à la conquête de kilomètres. Je voulais sincèrement voir le positif dans cette situation, et ne pas m’apitoyer sur mon sort, alors que d’autres gens vivent des moments très difficiles. Je veux être créatif.

Je me suis mis à réfléchir comment je pourrais faire ma part et donner au suivant en ces temps bouleversants. Il ne m’a pas fallu des recherches fastidieuses pour trouver mon défi… ou plutôt mes défis.

J’ai relevé le Défi 4 x 4 x 48 il y a quelque temps et la motivation est revenu au galop. Le défi 4 4 48, c’est courir 4 miles, soit 6,4 km chaque 4 heures pendant 48 heures. En plus, j’ai combiné ce défi à une levée de fonds pour soutenir un organisme de bienfaisance de ma communauté. J’ai ramassé un généreux montant que je suis fièrement aller remettre à l’organisme.

Je courrai dans quelques jours la Covid Classic, un défi qui consiste à courir le plus de boucles de 5 km possible en 12 heures.

J’ai plein d’autres idées de défis qui mijotent dans ma tête pour les prochaines semaines. L’été ne sera pas plate.

Bref, je m’inspire des défis lancés ici et là sur les réseaux sociaux et je n’attends ensuite que le jour J pour relever le défi. Je dois vous dire que je me surprends et je me découvre des forces encore insoupçonnées jusqu’à maintenant. Comme quoi le confinement a de bons côtés…. comme travailler ma créativité.

Qu'en dites-vous ?