in

Cinq trucs qui m’inspirent en quarantaine

Aujourd’hui, j’ai eu envie de vous partager cinq trucs qui m’aident à passer au travers de cette quarantaine, parce que oui, c’est aussi difficile pour moi. Mais je continue à mettre un pied devant l’autre comme dans un ultra, parce que j’ai espoir que bientôt on se retrouvera tous ensemble dans une course de trail québécoise, à se faire des accolades, sans appréhension. Et je veux être prête pour ce jour : être au top de ma forme, pour le vivre à 100 % et me dire « crime que la vie est belle ». Merci la vie!

Je n’aurais jamais cru avoir à pratiquer ma vie de retraitée si tôt. Moi qui suis quasiment toujours physiquement partie sur la trotte, dans des projets à gauche et à droite, je me suis vue se faire arrêter brusquement, comme toi, comme nous tous.

Évite les regroupements, annule tes voyages, annule tes courses, arrête de travailler, ne sors plus courir en sentier, ne sors que pour le strict nécessaire. Blablabla. TU REPORTES TOUT! Jusqu’à quand? Période indéterminée. Wow! c’est anxiogène tout ça! Et l’aspect financier? On s’en fout, il faut sauver des vies.

Qui aurait cru qu’une personne mangeant une chauve-souris mal cuite pouvait changer le monde entier (blague à part)! L’humour est ce qui me fait le plus grand bien ces temps-ci, avec l’entraînement bien entendu. Je ris plus facilement et j’ai des fous rires incontrôlables. Et ces éclats de rire me font TELLEMENT de bien.

On s’accroche à ce que l’on peut. Tout est relatif. 

Ça me rappelle lorsque j’avais un pied cassé, métatarse fracturé. Moi, pour qui la piscine représentait un lieu de confinement, était devenu mon endroit de délivrance, car c’est là que je me libérais à l’aquajogging.

Ensuite, s’est ajouté à mon pied cassé, un poignet. Me retrouvant dans le plâtre, je n’avais plus accès à l’eau, mais mon pied étant rendu assez stable, je pouvais faire de l’elliptique. Donc, c’était ma nouvelle source de satisfaction.

J’ai développé une relation amour/haine avec l’elliptique et l’aquajogging. Sachant que blessée, c’est ce qui me sauve; en pleine santé, ils me répugnent. Maintenant confinée à la maison, je fais du trois rouleaux : deux heures par jour, je « zwift », et c’est dont bon! C’est ma nouvelle source d’inspiration.

Pourtant, il y a quelques semaines, je trouvais que mon copain, athlète en cyclisme, faisait dont pitié quand il allait s’enfermer dans ce sauna pour quelques heures avec de la musique et son écran. Comme quoi tout est relatif. Dans la vie, on s’accroche à ce que l’on peut. L’être humain est espérant : il s’attend à ce que des jours meilleurs viennent et il est optimiste dans l’adversité. C’est ce qui fait notre force. Mes petites embûches ne sont rien par rapport à la réalité. Il y a des gens malades, des vies qui sont perdues inutilement, et c’est anxiogène.

Sans plus tarder, je vous partage mes sources en espérant que cela puisse divertir certains d’entres vous.

  1. Mon Top 3 podcasts

Je suis une grande fan de podcasts. J’en écoute lors de mes longues sorties, dans l’auto, en cuisinant, etc. De nature hyperactive, je préfère les podcasts à la lecture, car j’ai de la difficulté à m’arrêter. Avec les podcasts, je m’instruis et me divertis en faisant du multi-tasking.

Sciences of  Ultra


Fait par Shawn Burden, docteur en physiologie de l’exercice, il reçoit de nombreux scientifiques, experts dans les domaines de la récupération, la nutrition, la physiologie, la psychologie sportive, les stratégies d’entraînement. Il est professeur universitaire et entraîneur privé. Les entrevues sont toutes très enrichissantes et bien vulgarisées. Par contre, si vous cherchez un podcast pour vous divertir, ce n’est pas le bon, car cela demande quand même un certain niveau de concentration.

Il y a une série « coach corner » avec trois autres entraîneurs, David Roche, Krispy Moeh et Ian Sharman, également très intéressante. À tour de rôle, ils échangent sur différents sujets. Même s’ils s’entendent toujours pour dire que cela dépend de l’athlète, leurs opinions diffèrent parfois.

The adventure Stache

Vous cherchez à vous divertir et à vous motiver? Voici un podcast pour vous. Paysan McElveen, l’hôte de ce podcast, est un athlète en vélo de montagne, deux fois champion américain de marathon. J’ai surtout aimé ses premières entrevues, où il échangeait avec des athlètes de RedBull de plusieurs sports.

The Well with Dylan Bowman

Dylan est un ultratraileur américain pour The North Face. Il s’entretient avec de grands athlètes du monde de l’ultra comme Ellie Greenwood, Paul Capell, Kaytlyn Gerbin. Son podcast est relativement nouveau, ayant débuté en décembre 2019, mais la qualité est là.

D’autres excellents podcasts

I run Far

The Strength Running Podcast

 The Shakeout podcast

 Portrait de loup Ultra Trail Harricana 

2. Top 3 bouquins

Endure : Mind, body, and the Curiously Elastic Limits of Human Performance de Alex Hutchinson

Alex Hutchinson, expert en psychologie des sports d’endurance, étudie comment les êtres humains poussent leur corps à la limite et franchissent des sommets,  apparemment insurmontables. Il met à jour des faits scientifiques intrigants concernant la biologie de l’endurance, en particulier le cerveau.

How bad do you want it : Mastering the Psychology of Mind Over Muscle de Matt Fitzgerald

Dans ce livre, l’entraîneur et auteur Matt Fitzgerald examine plusieurs courses historiques et découvre comment les athlètes élites renforcent leur endurance mentale.

In Pursuit of Excellence de Terry Orlick

C’est un vieux livre qui m’avait été offert par mon tout premier entraîneur. Il m’a accompagné de l’âge de 17-23 ans, alors que je le traînais avec moi en voyage lors de compétitions. C’est un livre à mettre sur la table de chevet, à lire un chapitre à la fois et à laisser mijoter. À l’occasion je m’y réfère encore.

 3. Top 3 séries TV

Salomon TV

Si vous ne connaissez pas cette série, c’est un « must »! Salomon TV regroupe un amalgame de vidéos dans différents sports qui nous fait vivre de grandes émotions.

 Fast Life

Le monde des courses de vélo de montagne, descente et cross-country, est compétitif, dangereux et surtout rapide! Jetez un œil à la saison de la Coupe du Monde Mountain Bike UCI et découvrez l’histoire des meilleures équipes, des pilotes et des courses sur le circuit.

Bon ok, ce n’est pas de la course en sentier, mais c’est tellement BON! Aussi, c’est mon ami Antoine Caron qui est producteur de la troisième saison. Tant que le monde de la trail n’aura pas une série aussi divertissante, Fast Life, sera dans mon top trois.

Formula 1 : Drive to Survive

Ok, ici j’ai hésité à partager. Premièrement, je n’aime pas les voitures, encore moins les courses de voitures.  Je n’ai jamais suivi, ni même écouté ces courses. L’aspect monétaire, polluant et le danger associés font que je ne veux pas encourager ce domaine. C’est mon conjoint qui m’a poussée à l’écouter après plusieurs refus de ma part. Puis, je me suis laissée embarquer dans le divertissement. WOW! Au bout d’une semaine, j’avais dévoré la saison. Bref, je n’endosse toujours pas ce sport. Mais si vous cherchez un bon divertissement, laissez Formula 1: Drive to Survive, vous surprendre.

4. Musicothérapie

La musicothérapie, vous connaissez? Apparemment, la musique accentue le plaisir, diminue le stress et l’anxiété, aide à la mémoire, à la productivité et à la motivation. Je suis convaincue du grand bienfait apporté par les musiques qui rythment chacune de mes journées. Et je serais folle de  m’en passer.

Ma playlist partagée

Si vous avez besoin d’une nouvelle playlist pour accompagner vos entraînements, pour cuisiner, pour travailler : attention, c’est assez molo.

5. Boulangerie

Recette de pain ma base pour tous mes pains

Eh oui, depuis la quarantaine, je me suis réorientée en boulangerie-pâtisserie.

5 1/2.  Zoothérapie

Mon chat n’a jamais eu autant d’affection. Il se demande bien pourquoi cette hausse d’affection soudaine et notre omniprésence à la maison. À tous ceux qui ont des animaux de compagnie, j’espère que vous en profitez.

Dernier truc, j’ai fermé mon Facebook quelques jours, ça m’a aussi fait du bien.   Les réseaux sociaux sont supers pour faire des échanges, mais parfois, il faut les mettre à « off ».

Bonne quarantaine!

Qu'en dites-vous ?